Janine Jansen, violoniste, et ses invités

Martin Fröst, clarinettiste

Torleif Thedéen, violoncelliste

Lucas Debargue, pianiste

 

Lundi 4 décembre 2017, 20 h
Prélude au concert dès 19 h·avec le musicologue Benjamin René et Joël Pasquier, témoin privilégié

Palais Montcalm, salle Raoul-Jobin

 
jansen cover credit_marco borggrevePhoto : Marco Borggreve
 

 

 
 
 
ACHAT
martin frst high res 7 - credit mats bcker  torleif theden1tony sandin  lucas debargue4 felix broedesony classical
Photos : Mats Bäcker, Tony Sandin et Felix Broede/Sony Classical

 

C’est grâce à Janine Jansen, artiste en résidence à Carnegie Hall en 2017-2018 et succédant dans ce rôle à Evgeny Kissin et à Simon Rattle, que naît cette initiative à laquelle se joint Québec comme élue privilégiée. Trois chefs-d’œuvre de la musique du XXe siècle joués par des étoiles rassemblées spécialement pour l’occasion : une invitation à découvrir Szymanowski, Bartók et Messiaen en duo, en trio et en quatuor. À ses deux remarquables collaborateurs suédois de longue date, Martin Fröst et Torleif Thedéen, la violoniste s’adjoint un nouveau venu sur la scène mondiale : l’inclassable Français Lucas Debargue.

 

Cours de maître en clarinette avec Martin Fröst : dimanche 3 décembre à 16 h, au studio 29 du Conservatoire de musique de Québec. Entrée libre. Offert grâce à la collaboration avec la Ville de Québec, et avec la participation du Conservatoire de musique de Québec.

 

Biographies

La violoniste néerlandaise Janine Jansen a fait ses débuts en 1997 au Concertgebouw d’Amsterdam. Sa carrière internationale a démarré en 2005 lorsqu’elle a ouvert les BBC Proms. Elle y a en outre été mise en vedette en 2015 en faisant le Last Night of the Proms. Parmi les prix prestigieux qu’elle a obtenus, on compte le Edison Klassiek et le ECHO Klassik (tous les deux à quatre reprises) et celui de la Deutsche Schallplattenkritik. Ses disques paraissent en exclusivité sous étiquette Decca Classics. Elle a dirigé pendant 13 ans le Festival international de musique de chambre d’Utrecht. La présente saison la voit au cœur de la série de concerts Perspectives du Carnegie Hall. Janine Jansen joue sur le Stradivarius « Rivaz – Baron Gutmann » (1707) prêté par Dextra Musica.

Le clarinettiste suédois Martin Fröst, en plus de se faire entendre comme soliste avec plusieurs orchestres réputés, est un chambriste estimé qui s’est produit avec des artistes de premier plan comme Leif Ove Andsnes, Sol Gabetta, et Antoine Tamestit, pour ne nommer que des invités du Club musical. Ce musicien considéré comme une référence pour son instrument s’investit présentement dans un projet intitulé Genesis qui s’intéresse aux sources et au développement de la musique inspirée par la danse et le folklore. Il a reçu en 2014 le prix Léonie Sonning pour la musique, qui est la plus haute distinction dans le domaine au Danemark; en 2015 c’est le prix de l’instrumentiste de l’année aux ECHO Klassik qui a souligné son excellence.

Le violoncelliste suédois Torleif Thedéen a remporté trois des plus prestigieux concours consacrés à son instrument en 1985. On trouve ses enregistrements, qui couvrent autant des œuvres du répertoire standard que de notre époque, sous étiquette BIS; certains mettent d’ailleurs en vedette Martin Fröst et Janine Jansen, avec laquelle il se produit fréquemment depuis une dizaine d’années. Plus particulièrement, ses enregistrements des deux concertos de Chostakovitch et des six suites de Bach ont été primés. L’enseignement dans les conservatoires occupe une grande place chez ce musicien parmi les plus estimés de la Scandinavie : après quatre années à Copenhague, il enseigne depuis 1996 à Stockholm. Torleif Thedéen joue sur un instrument de 1703 de David Techler, un facteur allemand actif à Rome.

Le pianiste français Lucas Debargue a donné des émotions fortes lors de l’édition 2015 du Concours international Tchaïkovski à Moscou. Malgré son quatrième prix, c’est lui qui a obtenu le prix de la critique pour sa vision artistique et sa liberté créatrice. Bien qu’il ait commencé à apprendre le piano à l’âge de 11 ans, c’est seulement 10 ans plus tard qu’il s’est consacré à l’instrument pour en faire une carrière en étudiant avec Rena Cherechevskaïa à l’École Normale de Musique de Paris Alfred Cortot. Il s’intéresse à des compositeurs moins connus comme Nikolaï Roslavets, Samouïl Maïkapar et Nikolaï Medtner; ce dernier se retrouve sur son premier enregistrement, sous étiquette Sony, aux côtés de Bach et de Beethoven.

 

 

Écoutez des extraits musicaux

  

Programme 

Béla BARTÓK, Contrastes, Sz. 111 (clarinette, violon, piano)
Karol SZYMANOWSKI, Mythes : Trois poèmes, op. 30 (violon, piano)
 
Entracte
 
Olivier MESSIAEN, Quatuor pour la fin du Temps (clarinette, violon, violoncelle, piano)

 

Programme sujet à changement

 

  
 Pour plus d'informations :