Regard sur l'histoire

 

Les concerts symphoniques

À partir de 1926 et pendant près d’une décennie, il était d’usage que la Société symphonique de Québec (ancêtre de l'Orchestre symphonique de Québec), sous la direction de Robert Talbot, ouvre la saison du Quebec Ladies’ Musical Club à la salle de bal du Château Frontenac.

Outre les traditionnels Ô Canada et Dieu protège le Roi chantés en fin de concert, on y remarque aussi l'agencement particulier du programme, qui alterne entre oeuvres symphoniques et oeuvres solistes. Le concerto ne semble pas tenir une place importante et dans certains programmes, même les airs d'opéras sont accompagnés au piano plutôt que par l'orchestre.

 

1929-01-29_pr2-3_f1931-01-13_pr_f_socit symphonique de qubec

 

Retour à la page d'accueil des Regards sur l'histoire